Pôle Médias

Communiqués de presse

28 juin 2017

Le Buy & Build en Europe atteint un niveau record

Silverfleet Capital, en partenariat avec Mergermarket, publie aujourd’hui les résultats de son étude European Buy & Build Monitor pour 2016. Cette étude est consacrée aux opérations de croissance externe menées par les sociétés européennes adossées à des fonds de capital investissement.

Résumé des principaux résultats

  • L’Étude 2016 de Silverfleet Capital « Buy & Build Monitor » recense 5371 opérations de croissance externe, faisant de 2016 une année record pour l’activité Buy & Build en Europe2
  • Le Royaume-Uni et l’Irlande sont, une fois de plus, les plus actifs avec 111 opérations de croissance externe répertoriées sur l’année
  • Progression importante en Scandinavie, tirée par la Suède et le Danemark
  • Hausse de 74% de la valeur moyenne des opérations par rapport à 2015
  • Léger repli des opérations de croissance externe non européennes sur un an

L’étude « Buy & Build Monitor » qui analyse des opérations de croissance externe menées par les sociétés européennes adossées à des fonds de capital-investissement, a recensé 5371 opérations de croissance externe en 2016 contre 464 en 2015 et 414 en 2014.

La valeur moyenne des transactions a fortement augmenté, à 80 M€ en 2016 contre 46 M€ en 20153.

Historiquement, le volume d’opérations de croissance externe était corrélé au volume d’opérations de capital-investissement en Europe, et suivait globalement la même tendance que l’indice M&A mid-cap sur la zone. Toutefois, ce rapport met en lumière une évolution notable ces dernières années : le volume d’opérations de croissance externe surpasse désormais celui des transactions du Private Equity et du M&A mid-market.

En tête de liste des opérations de croissance externe annoncées sur 2016, Avast Software, société basée à Prague et concevant des logiciels antivirus, adossée à CVC et à Summit, qui a acquis AVG Technologies une autre enterprise tchèque, pour plus de 1,4 Md$.

Deux autres opérations ont présenté des valeurs supérieures à 650 M€. La première est l’acquisition par Siccar Point Energy, basée en Ecosse et soutenue par Blue Water Energy et Blackstone Energy Partners, pour 660 M€, d’OMV, une entreprise située au Royaume-Uni et également active dans le secteur de l’exploration pétrolière, précédemment filiale à 100% d’OMV Aktiengesellschaft.

La deuxième opération de cette envergure est intervenue dans le secteur de la gestion de patrimoine au Royaume-Uni, où Tilney Bestinvest, soutenue par Permira, a acquis la société Towry, accompagnée par Palamon, pour un montant de 650 M€.

Tendances géographiques

La zone Royaume-Uni et Irlande a affiché d’excellents chiffres et a été la région d’Europe la plus active en 2016, malgré les inquiétudes liées au vote du Brexit en juin. La Scandinavie, qui se distingue généralement comme l’une des plus dynamiques d’Europe, a connu une forte reprise en 2016 (avec une hausse annuelle de 40%), après un recul important en 2015. Cette augmentation est en grande partie due au quasi-doublement des volumes d’opérations de croissance externe constatés en Suède et au Danemark.

Cette hausse a été en partie compensée par les évolutions observées en Espagne et au Portugal ; ces pays, qui avaient connu une très forte progression de l’activité Buy & Build en 2015, marquent le pas en 2016 pour revenir aux volumes de 2013 et de 2014. Les données relatives aux pays d’Europe Centrale révèlent une tendance similaire.

Dans l’ensemble, l’activité en Europe a été plus soutenue en 2016 (en hausse de 12,4% par rapport à 2015), en particulier en France, en Allemagne, en Suisse, en Autriche, au Benelux et en Italie.

Avec 12,1% du volume total, les activités de Buy & Build hors d’Europe semblent s’être poursuivies selon le schéma habituel. L’Amérique du Nord est restée la région privilégiée par les entreprises européennes à la recherche d’opportunités d’acquisitions, et a été deux fois plus active que l’Asie Pacifique.

Commentaires

À la lumière de ces résultats, Neil MacDougall, Managing Partner de Silverfleet Capital, commente : « 2016 a vu l’activité du Buy & Build en Europe retrouver son niveau d’avant la crise financière de 2008, qu’il s’agisse du volume d’opérations réalisées ou de leur valeur moyenne. »

« Dans un marché où les multiples d’acquisition ont été en croissance constante, ces résultats démontrent clairement que le private equity considère le Buy & Build comme un élément stratégique clé en matière de création de valeur, notamment pour moyenner à la baisse les prix d’entrée et dynamiser la croissance de l’EBITDA. Bien que ce phénomène ait été anticipé de longue date, sa démonstration réelle au travers des données statistiques est relativement récente. »

Localisation de la société cible2013201420152016Variation 2016/2015
(%)
Royaume-Uni et Irlande 63 86 102 111 9%
Pays nordiques 62 85 68 95 40%
France 35 49 56 62 11%
Allemagne, Suisse et Autriche 42 35 46 61 33%
Benelux 26 24 29 43 48%
Italie 12 17 23 33 43%
Espagne et Portugal 18 16 38 20 -47%
Europe Centrale et Europe de l’Est 19 21 27 17 -37%
Europe du Sud Est 3 4 6 2 -67%
Total Europe28033739544412%
Amérique du Nord 23 46 38 39 3%
Asie-Pacifique 15 24 18 15 -17%
Amérique latine 7 5 8 8 0%
Moyen-Orient et Afrique 3 2 5 3 -40%
Total reste du monde48776965-6%
Estimation des opérations résiduelles1       28  
Total328414464537+16%

Source: étude « Buy & Build Monitor 2016 » de Silverfleet Capital

Pour accéder au rapport, cliquer ici

1 Méthodologie

Les données utilisées dans le Buy & Build Monitor de Silverfleet sont recueillies par Mergermarket. Elles intègrent uniquement les opérations de croissance externe réalisées par des entreprises dont plus de 30% du capital est détenu par une société de capital-investissement et dont les sièges sociaux sont établis en Europe. Pour que l’opération soit prise en compte sa valeur doit dépasser 5 M€, ou bien le chiffre d’affaires de la société cible doit être supérieur à 10 M€.

La difficulté à laquelle nous sommes généralement confrontés lors de la rédaction de ce rapport réside dans le fait que les données du dernier trimestre sont généralement incomplètes, notamment parce que les opérations de Buy & Build de petite taille font l’objet d’une communication plus limitée, ou sont souvent rendues publiques après la date de publication de notre étude.

Nous avons par conséquent décidé d’appliquer une augmentation proforma de 12,4% aux chiffres du second semestre 2016 afin d’approcher les tendances réelles. Comme nous pouvons le constater à partir de notre analyse du premier semestre 2016, il s’agit bien du niveau d’ajustement qui aurait été nécessaire pour refléter correctement le volume des opérations de croissance externe du premier semestre 2016.

28 transactions supplémentaires (proforma) ont donc ainsi été ajoutées aux volumes annoncés pour le second semestre 2016. En revanche, considérant qu’il aurait été peu pertinent d’extrapoler cette méthodologie en appliquant des ajustements proforma aux données détaillées – par exemple, par zones géographiques – nous avons pris le parti de ne pas le faire.

2 Depuis 1998, date à laquelle nous avons commencé à enregistré cette donnée.

3 Basé sur les 81 opérations ayant des valeurs rendues publiques sur la période.